Composition d’un filtre de cigarette

Le filtre d’une cigarette, dont l’apparence évoque souvent le coton, est fabriqué à partir d’acétate de cellulose. Une matière plastique obtenue par modification chimique de la cellulose (un polymère naturel). Les fibres de l’acétate de cellulose sont traitées avec du dioxyde de titane (toxique), puis elles sont compactées fermement avec de la triacétine (plastifiant irritant) pour former le filtre.

Enfin, le filtre est couvert de papier qui contient lui aussi de nombreuses substances chimiques. Cette bourre (filtre) est serrée dans un papier dit “de gainage” ou “plug wrap”, tout comme le tabac est serré dans un papier à cigarette. Pour tenir le filtre au boudin de tabac, il y a un autre papier, dit “manchette” ou “tipping”, qui peut selon les cas être imprimé en liège ou pas, mais imprimé de toute façon pour lui éviter de coller aux lèvres, ce qui rend les filtres de cigarettes encore moins sensibles à la décomposition par l’eau. Il existe aussi d’autres types de filtres comme le filtre à base de charbon mais ils sont peu nombreux.

Après consommation, ne reste de la cigarette qu’une petite partie, le mégot, où se trouve notamment le filtre. Les mégots contiennent donc une grande variété de produits toxiques : nicotine, traces de pesticides, phénols, ammoniaque, cadmium, arsenic et autres métaux lourds, tels le mercure ou le plomb.